KIKU & BLIXA BARGELD & BLACK CRACKER

Yannick Barman et Cyril Regamey décrivent leur groupe KiKu comme une machine avant-gardiste modulaire en constante évolution, repoussant sans cesse les barrières conventionnelles, notamment grâce à la composition ouverte de leur formation. Depuis ses débuts de duo d’improvisation, créé il y a onze ans par le trompettiste et le percussionniste, KiKu s’est vu prendre en février 2003 des dimensions tentaculaires. En l’espace de vingt nuits de concert au Théâtre de l’Oriental à Vevey, Regamey et Barman ont créé un ensemble musical qui s’est fait un nom dans le monde de la musique électronique. Ils sont aujourd’hui capables de faire tomber les barrières qui existent encore souvent entre le jazz, la musique de chambre classique, la musique électronique et le rock. Leurs explorations des friches acoustiques leur ont fait voir du pays : du Vietnam à New York en passant par le festival de jazz de Willisau. C’est leur rencontre avec d’autres musiciens – de Malcom Braff aux big bands locaux (dont Léon Francioli, Franco Mento, Julian Sartorius, Jean-Pierre Schaller) – qui a permis à KiKu de concrétiser bon nombre de leurs projets.

A l’occasion de leur dernier et troisième album, « Marcher sur la tête », Barman et Regamey, qui se sont rencontrés au Conservatoire de Lausanne, utilisent pour la première fois la voix et le texte comme matière première, comme code ouvert. Ils se saisissent de quelques mots du poème « Belehrung » du poète allemand Hermann Hesse et les introduisent comme éléments libres dans leurs morceaux qui gagnent en intensité grâce aussi au jeu de guitare électrisant de David Doyon. La voix qui récite ces mots n’appartient à nul autre que Blixa Bargeld du groupe Einstürzende Neubauten. En guide séduisant, Bargeld accompagne le public à travers un univers surréaliste et

étrangement narratif. Par moments, c’est le rappeur new yorkais, Black Cracker, qui prend le relais et laisse libre cours à sa poésie, élargissant de manière signi cative le champ acoustique imaginé par KiKu.