CLÉMENT MAO-TAKACS

Clément Mao–Takacs est l’une des étoiles montantes de la nouvelle génération de chefs d’orchestre.

Il est diplômé du Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP) ainsi que de l’Accademia Chigiana de Sienne. 

Il est lauréat du Festival de Bayreuth et a reçu le Prix « Jeune Talent » 2008 décerné par la Fondation del Duca (Institut de France / Académie des Beaux-Arts). En 2013, il est le premier chef d’orchestre à devenir lauréat de la Fondation Cziffra.

Sa carrière de chef d’orchestre commence très jeune – on peut parler de vocation – puisque c’est à l’âge de 15 ans qu’il dirige son premier concert à la Salle Gaveau (Paris). Il devient l’assistant de Janos Komives à l’Opéra National de Budapest (2002) ainsi que pour plusieurs productions et enregistrements en France (2001-2003). Il est ensuite engagé par le directeur musical de l’Opéra de Rome, Gianluigi Gelmetti, dont il sera l’assistant durant cinq années (2003-2008). Parallèlement, il reprend la direction musicale (2004-2010) de l’orchestre Sérénade. Il a été invité par la Camerata Strumentale « Città di Prato », l’Ensemble à vents du CNSMDP, le Festival Orchestra de Sofia, les ensembles Aquilon et Initiumet entamé une collaboration avec Avanti! Chamber OrchestraA l’automne 2016, il sera invité par l’Orchestre de Bretagne et fera ses débuts américains à New-York avec ICE Ensemble.

Il fonde en 2011 Secession Orchestra, dont il assure la direction musicale et artistique. Immédiatement salué par la critique pour son excellence et sa cohésion, Secession Orchestra donne de nombreux concerts en France et en Europe. Outre sa saison de concerts symphoniques parisiens, Secession Orchestra s’est notamment produit en compagnie des comédiens Charles Berling, Didier Sandre, Antoine Duléry, Claude Jamain, Laurence Cordier, Julie Depardieu et Brigitte Fossey. En 2013/2014, Secession Orchestra a créé et participe à la tournée européenne de la version de chambre de La Passion de Simone (Kaija Saariaho) dans la production de la compagnie La Chambre aux échos. Clément Mao – Takacs a ouvert avec Secession Orchestra l’édition 2015 du festival de Deauville dans un programme Webern, Wagner, Mahler acclamé par la critique, et ils seront en 2017 à l’Auditorium du Louvre ainsi qu’au Festival Présences de Radio-France, Depuis 2014, ils sont en résidence à la Fondation Singer-Polignac ainsi qu’au Festival de Saint-Denis.

Sa maîtrise technique, sa connaissance étendue du répertoire et son exigence sont unanimement reconnues et appréciées aussi bien dans la musique classique que contemporaine, avec une dilection particulière pour la période charnière 1850-1950. Il est le dédicataire et le créateur de nombreuses pièces (Bargielski, Ballereau, Komives, Feldman, Sikorski, Svensson, Letouvet, Adams, Saariaho, Tarnanen, Stubbe-Tejbjaerg, Mu-Xuan Lin, Vincze, Ashton, Lang, Sciarrino, Koskinen…).

Spécialiste de la musique de Kaija Saariaho, il a dirigé les créations de la version de chambre de La Passion de Simone aux festivals Melos-Ethos (Bratislava – Slovaquie), Codes (Lublin – Pologne), à Saint-Denis (Festival en la basilique-cathédrale) et Clermont-Ferrand (La Comédie – Scène Nationale). Il a repris cette œuvre à Copenhague en 2016, dirigeant également la pièce iconique Lichtbogen et la création danoise du concerto Notes on Light, et a également donné à plusieurs reprises des pièces de la compositrice (Festival Novalis, BOZAR Opening Night) ; en 2016/2017, il dirigera sa musique à New-York ainsi que dans le cadre du festival Présences de Radio-France.

Le répertoire lyrique est important pour cet amoureux de la littérature et de l’art dramatique, qui conçoit l’opéra comme le lieu d’intenses collaborations. Sa rencontre avec Peter Sellars fut déterminante, et il entretient des liens d’amitiés avec plusieurs acteurs et metteurs en scènes (Olivier Py, Michel Fau…) aux univers variés au premier rang desquels il faut citer Aleksi Barrière avec lequel il a créé et codirige la compagnie La Chambre aux échos.

Il dirige avec le même enthousiasme et autant de bonheur le grand répertoire (Mozart, Beethoven, Schubert, Brahms…), même si une dilection particulière le porte vers la fin du 19ème siècle et le début du 20ème (Mahler, Debussy, Ravel, Bartók ou Strawinsky…) ; il s’’attache avant tout à l’architecture musicale, à la clarté des textures orchestrales et à la restitution du style propre à l’univers de chaque compositeur.

Il apprécie également les rencontres pluridisciplinaires : avec le danseur de Nô Claude Jamain, il livre l’un des volets de la MAHLER EXPERIENCE ; avec l’artiste coréenne Nam-Hong, il crée une performance unissant art contemporain et rituels chamaniques dans le cadre de l’Année France-Corée. Toujours à la recherche de nouvelles formes artistiques, il aime propulser la musique dans des cadres et des formats inédits, comme cet OPENING NIGHT de BOZAR (Bruxelles), pour lequel il a conçu une série de 6 concerts (A Welcome Call ; Brefs Messages ; Legacy 1 & 2 ; Tribute ; Gravitations ; Transgressions) s’enchaînant sans interruption durant 5 heures, et culminant avec Transgressions, en un dialogue entre orchestre et remix débouchant sur une soirée clubbing !

Clément Mao – Takacs vient d’enregistrer la pièce Adieu de Stockhausen (Crystal Classics), ainsi qu’un disque consacré à Jacques Ibert (Timpani) qui a reçu 5 diapasons par le magazine DIAPASON. Il envisage aujourd’hui de créer son propre label afin de permettre à des projets discographiques radicalement différents de voir le jour…