Jean-Paul Scarpitta

La carrière de Jean-Paul Scarpitta débute rapidement. Poursuivant ses études d’histoire de l’art et d’art dramatique, il organise dès l’âge de dix-neuf ans un festival de musique et de danse dans la cour du palais synodal de Sens. Elizabeth Schwarzkopf accompagnée par Aldo Ciccolini y donne l’un de ses derniers inoubliables récitals. 

Jean-Paul Scarpitta mène dès lors une carrière qui le conduit à collaborer avec de nombreuses personnalités du monde artistique. Pour la télévision, il réalise notamment une série de trente-sept portraits d’artistes (Rudolf Noureev, Liv Ullman, Charlotte Rampling, Dominique Sanda, Mstislav Rostropovitch…). 

Son vif attachement pour l’étoile du ballet de l’Opéra de Paris, Ghislaine Thesmar, le conduit à la suivre et à la filmer pendant des années, en particulier, au New York City Ballet chez George Balanchine.

Durant la même période, il se passionne d’abord pour le travail de Giorgio Strehler, puis pour celui de Piero Faggioni, et, se mêlant à leurs équipes respectives, il s’imprègne de leur art.

Il a été commissaire général de nombreuses expositions : De Rembrandt à Van Gogh, Léonard de Vinci, Fabergé, Les Costumes historiques Russes de l’Ermitage, Le Roi Gustave III et l’Opéra à la cour de Suède au XVIII ème, à cette occasion, il reconstitue le décor du Théâtre du château de Drottningholm.

Jean-Paul Scarpitta a toujours défendu la place de la photographie dans l’art en organisant de grandes expositions à travers le monde.

Il a été directeur général de l’Opéra Orchestre national de Montpellier et a ainsi fortement favorisé les jeunes artistes et la reprise de productions telle que « Einstein on the Beach » de Philip Glass et Robert Wilson.

Il a mis en scène, entre autres, l’Histoire du soldat de Stravinsky,  Medea de Cherubini,  la Clémence de Titus, la Flute Enchantée,  Les Noces de Figaro, Così fan Tutte et Don Giovanni de Mozart, Jeanne au Bûcher de Honneger, la Traviata et  Nabucco de Verdi, Manon Lescaut et la Bohème de Puccini, Le Château de Barbe-Bleue de Bartok.

En 2017 et 2018, il réalise la mise en espace et la lumière de « Gérard Depardieu chante Barbara » au Théâtre des Bouffes du Nord et au Cirque d’Hiver à Paris et au Festival Les Athénéennnes à Genève.